Arbre de vie

Espace de vie

Ces arbres doivent pouvoir pousser en tant que symbole de reconnaissance, de pleine conscience, ainsi que de souhaits pour une planète saine et un avenir pour la famille humaine.

GRANDLOGODEF_WEB-2 Kopie.jpg

Il s'agit d'un appel à participer au projet Arbre de vie Espace de vie, un projet de plantation d'arbres qui vise à restructurer le contenu scolaire. La nature qui nous nourrit et la terre qui nous soutient doivent être ramenées au centre de notre apprentissage et de notre vie. La nouvelle génération doit être renforcée afin de relever les défis de notre temps afin de penser, ressentir et agir à nouveau de manière holistique. Les adultes devraient être incités à travers le projet, à soutenir les générations croissantes avec cœur et âme.

 

À toutes les écoles de Suisse

La lettre

Chers directrices et directeurs d’écoles

Chers enseignantes et enseignants

 

Je m’adresse à vous avec une initiative résultant de la situation de covid qui conduit les écoles à prendre de plus en plus des mesures strictes. Le souci de la santé nous coupe le souffle. Les mesures prises pour combattre ce virus ne nous compliquent pas seulement la vie scolaire quotidienne, mais aussi notre comportement empathique envers le monde.

 

Nous les enseignantes et enseignants travaillons quotidiennement avec des êtres humains en passe de devenir adultes et avec l’avenir devant eux. Cette tâche exige une grande responsabilité de notre part, charge qui parfois peut être pesante. Mais cette tâche nous donne aussi la grande possibilité de contribuer au changement durable de la société.

 

 

Maintenant déjà des enfants de 11 ans doivent porter des masques plusieurs heures par jours et se débrouiller avec moins d’oxygène parce que un minuscule virus, qui se répand à une rapidité affolante dans le monde entier, crée de la peur. Mais qu’adviendra-t-il lorsque le poumon de notre terre (Amazonie, forêts australiennes, Indonésie, Malaisie, etc.) sera déboisé, brûlé ou que des gaz de méthane seront dégagés des icebergs qui fondent ? Quelles mesures seront encore possibles ?

 

 

 

Si nous considérons la vie et la terre comme les indigène l’ont fait ou ainsi que le font encore très peu d’êtres humains, ce qui se passe sur la terre est la réponse à nos actes. Si nous envisageons corona comme une telle réponse, que symbolisent le poumon et le souffle ? Sont-ils le symbole de l’échange, du cycle donner et prendre, de nos perceptions intérieures et extérieures ? Nos actes sont-ils vraiment encore dans un contexte sain avec la nature ? Pouvons-nous parler d’un échange équilibré, de donner et prendre, d’un lien vrai entre notre perception intérieure et la nature en tant qu’élément extérieur ? Chacun peut se poser la question suivante : jusqu’à présent combien ai-je profité de la terre et combien lui ai-je rendu ?

 

 

Voilà la raison essentielle de mon appel : « mettons ensemble nos possibilités, agissons maintenant, pour les enfants et notre planète terre ».

 

AB0RDONS LES PROBLEMES A LA RACINE. LAISSONS LES ENFANTS S’ENRACINER AVEC LA NATURE. PLANTONS DES ARBRES DANS LE CONTEXTE DE NOTRE QUOTIDIEN SCOLAIRE, SOIGNONS ET HONORONS CES ARBRES, CAR ILS SONT LES ROIS !

 

VOICI LA MARCHE A SUIVRE :

 

Chaque école dans toute la Suisse plante au minimum un arbre par classe. Du terrain il y en a assez, éventuellement en éliminant un peu de béton aux alentours, le long du terrain de football de l’école ou même un toit peut être transformé en zone verte. Les communes pourraient mettre un endroit propice à disposition.

Choisissez des arbres indigènes, au minimum aussi grands que l’écolier le plus grand de la classe.

Laissez les écoliers aider à creuser et planter ces arbres (voir précisions en annexe). Expliquez leurs la raison de cette action. Ce projet ne doit pas en être un parmi tant d’autres, mais un départ. Un départ pour une nouvelle génération qui espérons le pensera et agira dans le bon sens. Créez un rituel pour la terre, pour la nature qui nous porte et nous nourrit. 

Effectuez ce rituel régulièrement auprès de l’arbre, remerciez-le d’être là, de donner de l’ombre et de l’humidité, de respirer dans le même rythme que vous-même et de nous rappeler ce qui est vraiment important dans la vie.  Parlez avec les enfants du lien entre l’être humain et la nature, donner et prendre. Que l’arbre vous inspire dans l’enseignement, pour jouer, chanter, danser, être silencieux et s’écouter. Placez la nature au centre de votre enseignement, afin que les écoliers réalisent que la terre est le centre de notre vie et non nous avec notre prospérité.

 

Durant mes 20 années dans l’enseignement, j’ai réalisé que le système scolaire se base principalement à encourager les écoliers à bien fonctionner dans notre système économique. Est-ce que ces méthodes ne mènent pas nos enfants de plus en plus dans une impasse ?

 

« Lorsque le dernier arbre sera coupé, le dernier fleuve empoisonné, le dernier poisson pêché, vous constaterez que l’argent ne se mange pas. »

Extrait de l’allocution : Mes paroles sont comme les étoiles, 1854, du chef de tribu Seattle (une allocution magnifique et touchante à lire dans l’internet).

 

 

 

ORGANISATION :

J’envoie mon message à quelques écoles de Bienne et demande aux directrices et directeurs de ces institutions de contacter 5 autres écoles, afin de les animer à participer à ce projet.

A vous enseignantes et enseignants, je vous demande de transmettre cette lettre aux collègues que vous connaissez, en particulier aussi dans d’autres cantons. Certainement qu’un petit message personnel en plus de votre part aurait un effet positif.

 

N’attendez pas, afin que la résonance de ce projet soit rapide et efficace et que les arbres puissent être plantés. Informez les médias locaux de façon que d’autres institutions, entreprises, crèches, soient inspirées par cette action. Si ce projet devient public, des personnes seront peut-être prêtes à le soutenir financièrement ou par la force du travail. Il est souhaitable que ce projet jouisse d’une large notoriété, POUR QUE COLLECTIVITE CE RESSENT!

 

Vous avez certainement beaucoup de raisons pour ne pas soutenir ce projet. Mais il y a une raison essentielle pour le faire : nous n’avons pas une deuxième terre en réserve !

 

Je me réjouis de recevoir une brève réponse de votre part et espère que vous participerez. Je suis sûre que les enfants vous en seront reconnaissants.

N’hésitez pas à me contacter : mail@lebensbaumlebensraum.ch

 

Vous trouverez toutes les nouvelles informations sur le site web www.lebensbaumlebensraum.ch

 

 Utilisez la plateforme www.pinterest.ch pour publier vos idées (également celles des enfants) en rapport avec l’arbre de vie, dans le but de transmettre toutes actions. Comme titre notez LebensbaumLebensraum /titre de l’idée. J’espère que ces publications seront nombreuses.

 

Un grand merci d’avoir pris le temps de lire cette lettre.

 

Cordialement

Noémie Wyss

 

 

 

 

ANNEXE :

 

Pour la plantation de l’arbre je me suis référée au petit livre de jardinage de Clea Danaan « jardiner en pleine conscience » et j’ai retenu les directives suivantes :

 

Laissez les enfants creuser le trou (éventuellement avec l’aide des parents). La dimension du trou doit être trois fois plus grande que la motte de la racine. Remplissez le trou entièrement d’eau et regardez avec les enfants l’eau s’infiltrer lentement dans la terre.  Ajoutez un peu de composte, pas trop nutritif, afin que l’arbre ne se contente pas seulement de cette nourriture et cherche également à s’approvisionner aux alentours. Placez l’arbre dans le trou. Arrosez la terre tout autour de la motte et attendez à nouveau que l’eau s’infiltre. Maintenant le trou peut être rebouché avec la terre remblayée.

 

Quelle classe choisit quel arbre, parlez-en au sein de l’école. Diversifiez le choix et pensez aussi aux arbres fruitiers.

 

Le lien : www.prospeciarara.ch/pflanzen/unsere-pflanzen/obst/obst-anbauen.html vous mènera directement sur la page ProSpeciaRara qui vous aidera à choisir et planter un arbre.

 
 

  « Lorsque le dernier arbre sera coupé, le dernier fleuve empoisonné, le dernier poisson pêché, vous constaterez que l’argent ne se mange pas. »

Extrait de l’allocution : Mes paroles sont comme des étoiles,  du chef Seattle, 1854

Contact